Optimisme!

par | 11 Oct 2022

Alors que les nouvelles plus ou moins catastrophiques nous arrivent tous les jours, il est urgent de sortir l’arme fatale pour faire face: l’optimisme;

Aussi, je vais reprendre des passages de la chronique de septembre de la Revue de presse de Paris Première où il était question de rendez-vous pour sortir de la morosité. 

Depuis la rentrée, j’ai envie de changer des activités estivales parce que les incendies et les rodéos de l’été, à force, j’ai eu l’impression de revoir toujours la même chose. C’était un peu trop répétitif à mon goût. 

Alors, l’opération « Tous au restaurant » (initiée par Alain Ducasse), du 30 septembre au 13 octobre. C’est une opération novatrice car il s’agit d’encourager les gens à aller au restaurant pour manger. Il fallait y penser. Tous les bons produits seront mis en valeur en particulier, deux produits de luxe, la moutarde et l’huile de tournesol. On va se régaler. Ah une tartine de moutarde avec un petit verre d’huile de tournesol pour accompagner et se désaltérer avec, c’est divin. Au fait, moi je me déplace désormais avec mon porte-moutarde de poche. Pour ce qui est des restaurants, depuis le début de la guerre en Ukraine, les prix ont bien augmenté, vous avez dû le constater. Des prix en hausse, peut-être en raison des difficultés à obtenir les spécialités culinaires d’Ukraine que tout le monde s’arrache alors forcément, ce qui est rare fait monter les prix. Vous appréciez tous les spécialités d’Ukraine, le bortsch (la soupe) (quand on dit le nom, on a l’impression de le vomir avant de l’avaler) ou le Salo (une douceur avec chocolat et bacon). 

Le 1er octobre, la Nuit Blanche. Nuit Blanche mais on n’a pas vraiment vu toutes les couleurs dans les rues. Noir et blanc, c’est bien aussi. Petite parenthèse, pour ce qui est du noir, j’habite pas loin de ce qui était autrefois le Bal nègre ( là où s’est produit Joséphine Baker) qui n’a pas pu retrouver son nom d’origine et qu’on a dû rebaptiser « Lieu dansant de l’ethnie dont la peau pigmentée est très foncée »

Ça sonne moins bien…..Oui, je connais la musique, une blanche vaut deux noires; deux noires, ce qui, il faut reconnaitre, est assez épuisant à mon âge.

Mais l’objectif pour rêver en octobre, c’est bien sûr le Mondial de l’Automobile du 17 au 23. Le Salon de l’auto, c’est important. Tout comme les vaches regardent passer les trains, les bœufs viennent regarder les bagnoles. Simplement les bœufs sont plus cons, ils regardent les bolides à l’arrêt.

Et enfin un rendez-vous peu connu, le 15 octobre, la journée internationale de la femme rurale….c’est comme la journée de la femme du mois de mars, mais là c’est la femme à la campagne, plus naturelle, plus près de la terre, circuit court, un parfum différent avec la femme des champs, un côté plus animal, plus bestial, en résumé plus poilu bio durable. Des animations pour mettre en avant ces femmes et je veux leur dire que pour les mettre en avant je serai toujours derrière elles. 

Voilà quelques dates pour vous réjouir, être heureux tous ensemble, de belles perspectives avant l’implosion imminente de la planète mais tout le monde n’est pas de mon avis. C’est d’ailleurs ce qui interroge le célèbre philosophe Qi Shi Tsu:

Pourquoi  l’optimisme est-il devenu une maladie contagieuse puisque des millions de Français  sont vaccinés contre l’optimisme et ont même déjà pris plusieurs doses de rappel?

Par Thierry Rocher

Par Thierry Rocher

Thierry Rocher est un auteur, comédien, humoriste qui fait où on lui dit de ne pas faire. Vous pouvez le retrouver dans la Revue de presse des Deux Ânes sur Paris Première
D'autres Chroniques

Echec et mat au coup de poker

Pour une fois que les élections européennes avaient l’air d’intéresser les Français, Macron a réussi à faire en sorte qu’on n’en parle plus. Peu importe comment on analyse la stratégie du chef de...

Vive l’automobile !

Retour sur la question de l’automobile présentée fin mai à la Revue de presse de Paris Première (chronique presque intégrale) Avant les prochains départs en vacances, j’ai voulu faire le point sur...

Guillaume Meurice ou le cas d’école

Guillaume Meurice ou le cas d’école

C’est l'histoire médiatique qui dure depuis 6 mois : un humoriste d’une radio publique fait une blague dans une émission humoristique. La blague est douteuse, dans le sens où il y a un doute sur son...