Faites vos Je

par | 8 Oct 2019

Les humeurs de MYRIAM

En ce début de saison automnale, où il pleut des châtaignes à chaque manif plus drument qu’en forêt de Fontainebleau,  où les feuilles mortes se ramassent à l’appel des ripeurs et où des hallebardes  tiédasses s’abattent sur nos têtes comme autant d’insultes jetées à nos cœurs d’ex-estivants meurtris, il fait bon rester le dimanche dans son Home Sweet Home – voire dans son homme en sweat pour les plus audacieux -, pour y « cocooner oklm » (soit en français dans le texte pour les moins polyglottes : « se faire sérieusement chier devant Drucker en se demandant si il reste assez de gigot pour ce soir».)

Et pour briser l’ennui dominical à l’ombre des sanglots longs des grêlons monotones, quoi de plus ludique que de s’écharper avec votre belle-doche, vos voisins ou votre jules (rayez l’aversion inutile) à l’occasion d’un jeu de société ?

Et ça tombe bien, un tout nouveau jeu vient de sortir, un Monopoly 100% féminin (sous vos applaudissements, mais n’allez pas vous casser un ongle, au prix de la manucure!).

Loin de moi l’idée de penser qu’un truc aussi tarte serait symptomatique d’une monopolice de la pensée, mais tout de même, ça me questionne (pour une championne, tant qu’à faire).

Alors, je vous vois venir, vous allez me dire que les femmes, on les connait, elles vont vouloir acheter la rue de la paix des ménages et y construire l’hôtel du cul tourné au tour suivant..

Et bien pas du tout. La nouveauté, c’est qu’au lieu d’acheter des rues, on va pouvoir acheter des inventions faites par des femmes. Un jeu aussi con, ça a bien dû être inventé par un homme.

Il y a aussi des nouveaux pions : le fer à repasser a été remplacé par un cahier (pour la finesse du message, on repassera). Par contre, ils ont gardé le pion chat. C’est un poil dommage, quitte à tout féminiser…

Mais la grande avancée, c’est que les femmes reçoivent plus d’argent… au départ ! Vos charmantes têtes blondes seront ainsi « sensibilisées à l’écart salarial » (sic). Tremblez, inégalités sociales, la bataille de Ravennesburger ne fait que commencer !

Puisque c’est tendance, poussons plus loin le monopolitiquement correct : demain, plus de Taboo, renommons le honteusement genré jeu de dames en jeu d’ i.e.l., le stigmatisant Docteur Maboul en Doctorante Maboula, mettons fin à cette scandaleuse règle ethnocentrée qui voudrait que les pions blancs commencent, créons le jeu des sept systèmes familiaux, et, sus au défaitisme ambiant, les Échecs deviendront les Potentiels de Réussite résidant en chacun de Nous  !

Alors vivement dimanche (personnellement j’irai sans doute chez Truffaut, c’est ouvert).

Par Myriam

Par Myriam

Par Myriam

Passionnée de nature et de vie sauvage, Myriam a rejoint l'équipe de rédaction en pensant intégrer une revue prestigieuse sur les gallinacées en voie d'extinction. Réalisant son erreur, elle a quand même souhaité rester avec ces drôles d'oiseaux. Même quand elle n'a rien à dire, elle le dit quand même, avec un aplomb qui n'a d'égal que celui dans l'aile du Parti Socialiste. Caution féminine des plumes du Coq, elle n'hésite pas à abuser de ce privilège, et arrêtera de le faire quand les poules n'auront plus la dent dure.
D'autres Chroniques

Dessine-moi Mahomet

Cette chronique je l'ai déjà écrite. Pas une fois, pas dix fois peut-être cinquante fois. Elle parle d'assassinat, de terrorisme. Elle parle de croire ou de ne pas croire. Elle vante un peu la...

Les Viviant et les Morts

L’assassinat effroyable d’un professeur d’histoire, énième victime d’une guerre qui ne dit pas son nom et que nous ont déclarée les fanatiques islamistes, nous a de nouveau plongé dans la stupeur,...

Encore plus jamais

«Toujours et jamais, c'est aussi long l'un que l'autre» Elsa Triolet Et ça recommence, encore et encore, comme le chantait Cabrel. Un assassin islamiste massacre un prof d'histoire pour une...